Plante Médicinale de Buplèvre

Description de la plante

Mentionné pour la première fois dans des textes du Ier siècle av. J.-C., le buplèvre compte parmi les plantes chinoises «harmonieuses», qui équilibrent les organes et les énergies à l’intérieur du corps. Utilisé comme un tonifiant, il renforce l’activité du tube digestif, améliore les fonctions du loie et contribue à une bonne irrigation des vaisseaux capillaires.

Principaux Effets

  • Protège le foie
  • Anti-inflammatoire
  • Tonique
  • Sudorifique

Usages traditionnels et courants

Un remède chinois ancien : Les Chinois utilisent le buplèvre comme tonique hépatique depuis plus de 2 000 ans. Ils pensent qu’il renforce le «qi» du foie et qu’il a une action tonique sur la rate et l’estomac. Dans la médecine chinoise, le buplèvre traite la « dysharmonie » entre le foie et la rate, état qui se manifeste par des troubles du système digestif, comme les douleurs abdominales, les ballonnements, les nausées et les indigestions.

Fièvres : En Chine, le buplèvre fait tomber la fièvre, plus particulièrement dans des cas où celle-ci s’accompagne d’un goût amer et irritant dans la bouche, et de vomissements, de douleurs abdominales, ou encore d’éblouissements et de vertiges.

Problèmes de foie : Comme le chardon-Marie et la réglisse, le buplèvre constitue un excellent remède en cas de dysfonctionnement aigu ou chronique du foie. Son action anti-inflammatoire peut s’étendre à toutes les maladies hépatiques.

Remède japonais moderne : Les usages ancestraux et la recherche moderne s’accordent si bien que beaucoup de médecins japonais pratiquant la médecine classique utilisent des extraits de buplèvre pour soigner les problèmes de foie.

Autres usages : Le buplèvre peut se révéler efficace en cas d’hémorroïdes et de prolapsus pelvien et utérin.

Plante d’hydrocotyle asiatique
Plante de Thym