Faire une tisane : plante unique ou mélange de plantes ?

Devant la pléthore d’offres et de propositions qui s’offrent aujourd’hui pour traiter les différentes maladies, l’industrie pharmaceutique fait face à une alternative nettement moins coûteuse. Tout aussi efficace pour avoir été utilisée depuis des millénaires, le retour à la médecine traditionnelle connaît aujourd’hui un essor – ou un retour – remarquable dans la pratique moderne. Le recours aux plantes fait de l’ombre aux médicaments fabriqués selon un procédé chimique et présentant quelquefois des contre-indications et des effets indésirables. Cependant, appliquer la méthode nécessite malgré tout un minimum de connaissances en la matière. Avant de se convertir à la consommation de tisane, il convient de s’informer sur les propriétés thérapeutiques de chacune des plantes, pour ne pas faire fausse route et se retrouver avec un effet contraire à celui escompté.

Le choix de la composition

Depuis l’Antiquité, la race humaine a entrepris l’entretien de sa santé en étudiant et en utilisant les végétaux pour leurs propriétés. Utilisées de manière préventive ou curative, le plus important réside dans le fait de bien composer son infusion de plantes. En effet, celle-ci peut se contenter d’une seule sorte de plante comme ingrédient, mais de temps en temps, un mélange de plusieurs espèces végétales peut s’avérer nécessaire. En fonction de la finalité recherchée, la composition peut donc varier.

Les différents ingrédients

Comme la tisane est essentiellement fabriquée à partir de plantes médicinales, les différentes propriétés de chaque ingrédient doivent être connues et maîtrisées. Dans le doute, se référer à un tradipraticien professionnel peut s’avérer utile pour ne pas risquer de fabriquer un poison plus qu’un remède. Utiliser un seul ingrédient peut paraître simple, cependant la durée de concoction, la quantité d’eau nécessaire, la puissance du feu représentent autant de paramètres à prendre en compte dans le procédé de fabrication. En cas de combinaison de plusieurs plantes, la dose et la durée de traitement viennent se rajouter à ces règles à respecter.

L’importance des compositions

En fonction de l’objectif recherché, il est donc possible de n’utiliser qu’un seul type de plante, ou d’en mettre plusieurs. Dans le premier cas, l’on cible surtout le traitement d’un mal précis. Dans le second, il s’agit surtout de réussir à combiner convenablement deux composants complémentaires ou qui agissent de concert pour curer un ou plusieurs maux en même temps. Cela souligne l’importance de s’informer sur les vertus des plantes, afin de ne pas associer des espèces qui ne doivent pas être mélangées.

Quels remèdes de grand-mère pour lutter contre l’état grippal et le rhume ?